Son patrimoine

Typique du bassin minier, Wingles fait partie des communes dont le patrimoine a été reconnu et classé au patrimoine mondial de l'UNESCO en 2012.

eglise rénovée
L'église a été entièrement rénovée en 2016
Le patrimoine de la cité a largement été façonné par le passé industriel et minier dans la région. Si cette période difficile est révolue, les habitants restent malgré tout attachés à leur histoire.  

Un paysage culturel

Le Bassin minier a été inscrit au Patrimoine mondial en 2012 en tant que « paysage culturel ». Ce territoire autrefois rural est devenu au milieu du 19è siècle un pays jalonné de trésors techniques et architecturaux issus de trois siècles d'exploitation du charbon. Les chevalets, les terrils, les fosses sont encore des témoins de cette période industrielle. A Wingles, les fosses ont été remblayées et les chevalets démontés. Néanmoins, il reste encore les corons, ces quartiers de maisons ouvrières et le Val du Flot, une ancienne zone marécageuse où les mineurs déposaient le schiste jusqu'à en devenir un terril. Le Val du Flot est désormais un Espace Naturel Sensible où la faune et la flore, riches, sont étudiées et préservées.

L'église Saint-Vaast entièrement rénovée

Inaugurée le 25 août 1929, l'église Saint-Vaast constitue un repère pour les Winglois. En 2009, la Ville entreprend une grande restauration de l'enceinte. La rénovation  débute par un ravalement et une étanchéisation de sa façade. Les vitraux ont été réparés et protégés par un système de grillage interdisant l’accès aux pigeons, de même que le clocher. Les travaux se poursuivent en 2011 avec l’étanchéité de la couverture. Un an plus tard, le remplacement du support des cloches achève les travaux en extérieur et donne la configuration actuelle de l’église. Après une pause de deux ans, la rénovation intérieure de l'église a commencé par la réparation de toutes les corniches usées par des infiltrations d’eau. Depuis le 4 janvier 2016,  Les artisans se mettent au diapason pour faire de l’église un lieu encore plus accueillant et chaleureux. Trois mois de travaux permettront tout d’abord de finir les plâtres (corniches et périphérie des vitraux). Puis le bâtiment sera remis aux normes électriques. Un éclairage LED plus performant et surtout moins énergivore (puissance électrique divisée par 4 et pourtant plus intense) assurera un meilleur confort visuel pour le public. De même un système radian gaz, moins énergivore là aussi, chauffera de façon uniforme la salle. Enfin, toutes les peintures intérieures redonneront de l’éclat à l’église. En avril, les usagers retrouveront ainsi une église entièrement réhabilitée après 7 années de travaux.